Assurim

Le spécialiste en assurance Motorhome

Les Belges ont-ils la forme ? Et vous ?

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a récemment mis l’Europe en garde contre la menace d’une épidémie d’obésité d’ici 2030. La Belgique n’y échappe pas : près d’un Belge sur deux est d’ores et déjà en excès de poids (34 % sont en surpoids, 14 % sont obèses), selon une enquête publiée en 2013 par l'Institut scientifique de Santé publique. Or, l’obésité augmente considérablement les risques de maladies cardiovasculaires, de diabète, d’ostéoporose et de certains cancers (tels que celui du sein et du colon). 

Cet article reprend quelques conseils pour garder la forme ainsi que certains aspects pratiques. Savez-vous, par exemple, que les mutualités interviennent dans les frais d’abonnement et d’inscriptions aux activités sportives ? Savez-vous quelle assurance intervient en cas de problème ? Si les frais médicaux sont remboursés ?

Mieux vaut prévenir que guérir… 

Adoptez une alimentation équilibrée et variée (répartie sur 3 repas par jour) :

  • davantage de fruits, de légumes, de légumineuses, de céréales complètes et de fruits secs ;
  • moins de graisses saturées ;
  • moins de sucres ;
  • un litre et demi d'eau par jour.

Ne négligez pas votre sommeil. En effet, lorsque la durée du sommeil est inférieure à 5 heures par nuit, le risque d’obésité augmente de 60 % ! Vous pouvez consulter ici les recommandations des chercheurs de la National Sleep Fondation* quant aux heures de sommeil adaptées à chaque tranche d’âge.

Pratiquez une activité physique régulière. Il est conseillé de bouger au moins 30 minutes par jour. Pour ce faire, préférez les escaliers à l’ascenseur, la station debout à la position assise, la marche ou le vélo à la voiture ou aux transports en commun, etc.

Quant aux enfants, ils ont besoin de se dépenser plus encore que les adultes, à raison d’une heure d’activité physique modérée par jour au minimum. En outre, les activités très sédentaires sont à éviter (TV, ordinateur, jeux vidéo), d’autant plus si elles sont accompagnées de « grignotages » (chips, gâteaux, boissons sucrées…). Découvrez ici une activité sportive adaptée à votre enfant

A l’écoute de votre corps

Nous venons de le voir : une activité physique quotidienne est essentielle. Si elle concerne tout ce qui nous fait bouger, la pratique d’un sport est, quant à elle, souvent bien plus intense et nécessite dès lors d’adopter les bons gestes et réflexes : 

  • Buvez en suffisance tout au long de la journée (1 litre et demi d’eau).
  • Prenez un repas 3 à 4 heures avant de faire du sport (évitez de préférence les graisses). Une collation légère peut être prise 1 à 2 heures avant l’effort.
  • Contrôlez toujours l’état de votre matériel.
  • Echauffez-vous avant d’entamer la séance.
  • Buvez 3 à 4 gorgées d’eau toutes les 30 minutes d’exercice.
  • Prévoyez 10 minutes de récupération après l’effort (par exemple, la marche).
  • Après l’effort, étirez-vous sans forcer.
  • Réhydratez-vous.
  • Consultez les prévisions météorologiques : évitez les activités intenses par des températures extérieures en-dessous de -5°C ou au-dessus de 30°C et lors des pics de pollution.
  • Ne fumez pas, en tout cas jamais dans les 2 heures qui précèdent et suivent l’exercice.
  • Veillez à être accompagné si vous pratiquez un sport plus dangereux ou extrême.
  • Consultez votre médecin si vous ressentez une douleur à la poitrine, un essoufflement anormal, un malaise ou des palpitations survenant à l’effort ou juste après celui-ci.
  • Effectuez un bilan médical avant de reprendre une activité sportive intense si vous avez plus de 35 ans pour les hommes et 45 ans pour les femmes. 

Le coup de pouce de la mutualité

Pour vous encourager à pratiquer un sport, les mutualités interviennent dans les frais des abonnements et inscriptions aux activités sportives. Renseignez-vous auprès de votre mutualité pour plus d’informations. 

Les assurances adéquates

  • La pratique d’un sport n’est pas sans risque. C’est pourquoi il est primordial d’être bien assuré. Si vous faites partie d’un club, celui-ci souscrit généralement une assurance accidents pour vous couvrir dans le cadre de votre activité.
  • Toutefois, ces assurances limitent bien souvent le niveau de remboursement des frais médicaux et appliquent par ailleurs de nombreuses exclusions (comme l’utilisation d’un caisson de décompression en plongée). Une assurance hospitalisation tombe donc toujours à point nommé. Renseignez-vous auprès de votre club de sport pour en savoir plus. Nous pourrons ensuite déterminer ensemble quelle sera la meilleure formule pour vous ! 

Les frais médicaux liés à la pratique de votre sport seront-ils remboursés ? 

Les compagnies appliquent généralement les règles en vigueur pour le sport concerné. Vos frais médicaux vous seront normalement remboursés si vous respectez : 

  • le règlement de sécurité de base et le code de conduite de la discipline sportive pratiquée (vous les trouverez sur le site internet de la fédération sportive concernée) ;
  • la loi. S’il vous prend l’envie d’escalader des bâtiments publics ou privés sans l’autorisation préalable du propriétaire (la « grimpe urbaine »), vous enfreignez la législation belge. En cas d’accident, l’assurance hospitalisation vous refusera le remboursement des frais médicaux.

Et si vous blessez un tiers en pratiquant votre sport ?

C’est votre assurance responsabilité civile familiale qui interviendra dans le remboursement des frais médicaux et d'hospitalisation à charge des tiers.



 


*Organisme américain visant à promouvoir l'éducation et la recherche en matière de sommeil.

Site créé et développé par Brice Bisiau